une sitographie

http://www.alalettre.com/balzac-oeuvres-peau-de-chagrin.php

http://www.alalettre.com/balzac-bio.php

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Biographie de BALZAC (1799 – 1850)

1) Une mère indifférente

1799 Naissance d’Honoré Balzac à Tours le 20 mai. Il est le fils de Bernard-François Balssa, directeur des vivres de la 27ème région militaire et d’Anne-Charlotte Sallambier originaire d’une famille bourgeoise parisienne. La mère de Balzac a trente-deux de moins que son mari. Son patronyme est emprunté à une vieille famille noble, les Balzac d’Entraigues. A la naissance d’Honoré, la famille ne s’est pas encore « emparée » de la particule.
1800 29 septembre, naissance de sa sœur Laure
1802 18 avril, naissance de sa sœur Laurence. Utilisation pour la première fois de la particule  » de Balzac »
1804 Mis en nourrice dès sa naissance, Balzac est confié à partir de cette année-là à la pension Le Guay de Tours. L’indifférence froide de sa mère, l’apathie de son père causeront au jeune Honoré une mélancolie inguérissable.
1807 Il est pensionnaire au collège de Vendôme. Il y restera jusqu’en 1813.
Naissance d’Henri un enfant que la mère de Balzac a conçu avec Jean de Margonne, Chatelain de Saché.
1814 Installation de la famille Balzac à Paris
1816 Il s’inscrit à la faculté de droit et devient clerc de notaire dans l’Etude de maître Guillonet Merville. Il utilisera cette expérience pour créer Derville dans la Comédie humaine

2) Les années d’initiation

1819 Déménagement de la famille Balzac à Villeparisis. Balzac est reçu bachelier en droit mais, malgré le souhait de ses parents, il refuse de devenir notaire.
1820 Mariage de Laure avec Eugène Surville
Mariage de Laurence avec M. de Montzaigle
1822 Balzac devient l’amant de Mme de Berny, qu’il connaît depuis deux ans. Mme de Berny lui apportera la tendresse et l’affection dont son enfance l’avait privé. Elle est de quinze ans son aînée et sera à la fois sa confidente, sa protectrice et puis son amante. Leur liaison durera dix ans.
1823 La Dernière Fée
1824 Du droit d’aînesse
Histoire impartiale des jésuites
Annette et le criminel
1825 Code des gens honnêtes.
1828 Après s’être essayé éditeur, puis imprimeur et enfin fondeur de caractères, Balzac connaît la faillite. Toute sa vie, malgré les gains importants dus à la publication de ses nombreux romans, Balzac sera poursuivi par les créanciers, qu’une gestion brouillone et un goût immodéré pour le luxe multiplient à ses trousses.
1829 Les Chouans, premier roman signé Balzac
Mort de son père (19 juin)
Physiologie du mariage. Cet ouvrage connaît un large succès et vaut à Balzac d’être admis dans les salons littéraires. Il fréquentera notamment ceux de Mme de Récamier et de Mme de Girardin qui lui permettront de rencontrer Victor Hugo, Alfred de Vigny, Alexandre Dumas et le peintre Delacroix.

3) Les années fécondes

1830 Publication de la première série Scènes de la vie privée, et collaboration au feuilleton des journaux politiques. Il va bâtir roman après roman une oeuvre qui prend en 1841 le nom de Comédie humaine
Il voyage en val de Loire avec Laure de Berny.
1831 La Peau de chagrin ( août). Balzac muliplie les aventures féminines : la duchesse d’Abrantès, La comtesse Guidoboni-Visconti…
1832 Première lettre de « l’Etrangère » Mme Hanska, l’épouse d’un comte ukrainien qui se passionne pour son œuvre.
Contes drolatiques, I
1833 Contes drolatiques, II
Le Médecin de Campagne
Eugénie Grandet
1834 A Genève début de sa liaison avec Mme Hanska.
Histoire des Treize
La Recherche de l’absolu
1835 Le Père Goriot
Le Contrat de mariage
Séraphita
En décembre, il reprend la revue La Chronique de Paris. Six mois plus tard, la publication est suspendue, il laissera une somme énorme dans ce fiasco.
1836 Le lys dans la vallée. Madame de Mortsauf doit plusieurs traits à Madame de Berny qui meurt cette année-là
1837 Illusions perdues, I
Il achète les Jardies à Sèvres
César Birotteau
Contes drolatiques, II
1838 Il séjourne en février chez Georges Sand à Nohant.
Il adhère à la Société des gens de lettres
1839 Il est élu président de la Société des gens de lettres
Il prend la défense du notaire Peytel, accusé de meurtre mais ne parvient pas à empêcher sa condamnation
1840 Balzac fonde une nouvelle revue, la revue parisienne et connaît un nouvel échec. Il est obligé de revendre sa propriété les Jardies à Sèvres
1841 Le curé du Village
Traite avec son éditeur pour la publication de la Comédie Humaine
Parution en feuilleton de la Fausse Maîtresse

4) Les années « Hanska »

1842 Balzac apprend la mort du comte Hanski, il fera tout pour revoir Mme Hanska.
1843 Il retrouve Mme Hanska et séjourne à Saint-Petersbourg entre juillet et octobre. Il espère pouvoir l’épouser mais elle se montre moins empressé que lui et doit d’abord régler des démarches administratives pour obtenir l’héritage de son mari.
1844 Etablissement du « catalogue des ouvrages que contiendra la Comédie Humaine »
Splendeur et misères des courtisanes, Honorine, Modeste Mignon
1845 Le mariage avec Mme Hanska monopolise toute son attention. Il écrit de moins en moins
1846 Petites misères de la Vie conjugale et La Cousine Bette
1847 Publication du Cousin Pons
1848 Il tente une dernière fois d’entrer à l’Académie française et connaît un nouvel échec.
Nouveau départ pour l’Ukraine en septembre. Il y arrive malade
Parution en feuilleton de l’Envers de l’histoire contemporaine, II.
1849 Il passe toute son année en Ukraine chez Mme Hanska
1850 Mariage avec Anne Hanska en Ukraine le 14 mars
Retour à Paris le 20 mai
Il meurt d’épuisement le 18 Août à Paris
1855 Mme de Balzac publie Les Paysans ( écrit en 1844 et inachevé)
1856 Charles Rabou publie Le Député d’Arcis ( écrit en 1847 et inachevé)
1876 Publication de ses œuvres complètes en 24 volumes
1882 Mort de Mme de Balzac
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

La Peau de chagrin d’Honoré de Balzac

Balzac publie la Peau de chagrin en 1831.

Résumé du roman de Balzac

Première partie : Le Talisman

Un après-midi d’octobre 1830, un jeune inconnu pénètre dans une maison de jeu, située dans les jardins du Palais Royal, à Paris. Le jeune homme vient jouer sa dernière pièce d’or. Il perd et décide d’en finir avec la vie. Il longe la Seine . Se noyer en plein jour le rebute. Il préfère attendre la nuit pour rendre son suicide plus mystérieux. Il admire une jeune femme, riche et belle, qui disparaît dans son superbe équipage. Il souhaite conserver « cette dernière image du luxe et de l’élégance » .

L’inconnu marche  quai Voltaire et entre dans un magasin d’antiquités. Il souhaite attendre  la nuit et décide pour passer le temps de marchander quelque objet d’art. Lorsque surgit l’antiquaire, personnage énigmatique, le jeune homme finit par avouer ses intentions et sa volonté d’en finir avec la vie. Le vieil homme lui montre alors « une peau de chagrin »  ayant le pouvoir d’exaucer tous les vœux de son propriétaire : «  Si tu me possèdes, tu possèderas tout, mais ta vie m’appartiendra ». Le vieillard met en garde le jeune homme : chaque désir exaucé fera diminuer la taille de cette peau, symbole de sa vie  : « Le cercle de vos jours, figuré par cette Peau, se resserrera suivant la force et le nombre de vos souhaits, depuis le plus léger jusqu’au plus exorbitant ». Le jeune homme accepte ce pacte diabolique, sans bien mesurer les mises en garde de l’antiquaire.

En sortant de chez l’antiquaire, le jeune inconnu rencontre par hasard trois de ses amis qui justement étaient à sa recherche. Nous découvrons l’identité du jeune homme qui a pour nom Raphaël de Valentin. Ses amis lui indiquent qu’ils  se rendent chez un banquier qui a décidé de fonder un nouveau journal. Suite à la révolution de juillet 1830, ils souhaitent que ce journal puisse  tout à la fois satisfaire les mécontents tout en préservant les intérêts de la grande bourgeoisie. Les jeunes gens ont bien conscience de perdre leurs illusions. Mais ils évoquent cette compromission avec ironie et cynisme.  Raphaël de Valentin se verrait bien diriger ce journal.

Lors du banquet chez le banquier Taillefer, qui habite un hôtel particulier luxueux , le vin coule à flot. Grisés par l’alcool, les convives échangent des propos d’une rare vacuité. Raphaël côtoie un groupe de courtisanes et engage la conversation avec deux d’entre elles : Aquilina et Euphrasia. Ces deux courtisanes dénoncent l’asservissement auquel la femme est soumise dans la société moderne. Elles indiquent toutes deux à  Raphaël leur volonté de s’imposer dans la société par leur beauté. Après ce repas luxueux , l’orgie bat son plein parmi les convives. A la fin de la soirée, Emile Blondet, l’un de ses amis presse Raphaël d’exposer les raisons qui l’ont poussé à vouloir  se suicider. Raphaël entreprend alors de raconter sa vie.

Deuxième partie : La femme sans cœur

Raphaël commence alors  le récit de ses années d’enfance et  de collège. Sa mère est morte alors qu’il était très jeune. Il présente son père  comme un être autoritaire et froid qui a pour ambition que son fils fasse son droit, devienne un homme d’État afin de défendre l’honneur de la famille. Il souhaite aussi que son fils  puisse racheter des terres qu’il avait acquises à l’étranger sous l’Empire et que contestent maintenant ces pays redevenus souverains. Mais les créanciers exercent une sinistre pression. Ils obligent Raphaël à vendre les biens qu’il avait hérités de sa mère . Il ne peut sauver que l’île sur la Loire où est enterrée sa mère. En 1826  son père meurt «  de chagrin ».

Raphaël rêve alors d’une grande destinée. Persuadé de son génie, il décide de vivre pauvrement et de se consacrer à écrire l’œuvre dont il rêve. Il s’installe dès l’automne 1826 dans une modeste chambre d’un humble hôtel du quartier latin . Il se lie d’amitié avec Mme Gaudin , la gérante de l’hôtel, et Pauline , sa fille.

Fin 1829, il rencontre Rastignac . Celui ci lui fait découvrir la luxueuse société parisienne et le dissuade de travailler . Ce n’est pas ainsi lui dit-il qu’il réussira . Mieux vaut au contraire intriguer et bénéficier de protecteurs fortunés. Rastignac lui  présente la comtesse Foedora, une jeune femme qui fascine le tout Paris tant elle est riche et belle.  Elle a un parfum mystérieux car nul ne connaît vraiment son histoire . Elle a également la réputation de n’avoir aucun amant.

Raphaël est fasciné par la beauté et l’élégance de Foedora. Malgré la précarité de sa situation,  il tente de la séduire et en tombe follement amoureux. Mais Foedora ne lui témoigne que de l’indifférence. Elle a à son égard une attitude glaciale. Terriblement affecté par cet échec sentimental, Raphaël mène alors  une vie de débauche. Il est très vite criblé de dettes et menacé par des huissiers.

Ici s’interrompt son récit. Raphaël songe à « la peau de chagrin » et fait le vœu de disposer d’une énorme somme d’argent. Il apprend le lendemain qu’il hérite d’un riche oncle. Mais la peau de chagrin rétrécit.

Troisième partie : L’agonie

Fin 1830. Raphaël , devenu très riche, habite dans un superbe hôtel particuliers rue de Varenne. Conscient de la fragilité de sa situation, il vit reclus et s’arrange pour ne plus rien désirer. Un jour, pourtant, il accepte de recevoir Porriquet , l’un de ses anciens professeurs. Ce dernier vient de perdre sa chaire de professeur et sollicite l’aide de son ancien élève. Spontanément, sans y prêter attention, Raphaël émet le vœu que son ancien professeur retrouve vite un emploi. De nouveau « la peau de chagrin » rétrécit.

Ce soir-là , Raphaël se rend au théâtre des Italiens. Il aperçoit Pauline  qui est devenue immensément riche. Les deux jeunes gens expriment leur amour mutuel et font le vœu de se marier. « La peau de chagrin »  diminue inexorablement . Pour échapper au sortilège de ce talisman, Raphaël le jette d’abord au fond d’un puits. Mais, en février 1831,  l’un des jardiniers retrouve la peau et l’apporte à Raphaël . Elle ne mesure plus que «  six pouces carrés de superficie ». Raphaël, essaye alors de s’adresser à des savants pour stopper l’inexorable rétrécissement de cette Peau. En vain. Le jeune homme se réfugie alors à Aix puis au Mont d’Or. Il est très affaibli et mène une vie végétative. De retour à Paris,   il retrouve Pauline et lui confie le terrible secret de « la peau de chagrin ». Il est pris d’un dernier désir de posséder la jeune fille. Pauline comprend que cette ultime tentation va tuer Raphaël. Elle souhaite alors se suicider pour permttre au jeune homme d’en réchapper. Mais Raphaël la rattrape, l’étreint et meurt sur son sein.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le Père Goriot-résumé

Le Père Goriot-résumé

. L’œuvre, qui devait d’abord être un récit assez court, fut commencée en septembre 1834 et achevée à la fin de janvier 1835. Le début en fut publié en décembre dans la Revue de Paris avant que la rédaction de la deuxième moitié fût achevée. Tout est parti du thème central, que nous connaissons par une note non datée de l’album de Balzac : Voilà sur quoi le romancier se met au travail en septembre 1834.

C’est l’histoire du jeune Rastignac, venu à Paris pour faire son droit, et qui, dans la sordide pension Vauquer, fait progressivement la connaissance du jovial et énigmatique Vautrin, de la jeune orpheline Victorine Taillefer, de l’ancien vermicellier Goriot. En outre, par sa cousine Mme de Beauséant, il s’introduit dans la haute société. Il découvre l’existence des deux filles de Goriot, mariées l’une à l’aristocrate Restaud et l’autre au financier Nucingen : elles sont l’unique passion de leur père, qui s’est ruiné pour elles. Vautrin révèle à Rastignac que la société est une jungle ; il lui propose de faire assassiner le frère de Victorine : elle deviendra ainsi une héritière à épouser. Le jeune homme s’indigne tout en étant ébranlé. Mais il devient l’amant de Mme de Nucingen. Et Vautrin, ancien forçat, est arrêté. Les deux filles de Goriot, menacées par leurs maris, qui ont découvert leur conduite, tentent de soutirer à leur père des sommes qu’il n’a plus, et se disputent odieusement devant lui. Frappé d’apoplexie, il mourra après quelques jours d’agonie, abandonné par ses filles, soigné seulement par Rastignac et l’ami de celui-ci, l’étudiant en médecine Bianchon. Rastignac s’engagera sur la voie du défi à la société


Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Sitographie

1. http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Honore_de_Balzac:  site qui propose toute les informations sur Balzac.

2. http://www.alalettre.com/balzac-bio.php :site qui propose une biographie de Honoré de Balzac.

3. http://pagesperso-orange.fr/calounet/biographies/balzac_biographie.htm : site qui propose une biographie et une bibliographie de Honoré de Balzac.

4.. http://www.online-literature.com/honore_de_balzac site qui propose toutes les informations sur Honoré de Balzac.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

PRINCIPALES OEUVRES:

  1. Le Dernier Chouan ou la Bretagne en 1800.
  2. Physiologie du mariage,1829
  3. Scènes de la vie privée ,1830
  4. La Peau de chagrin , 1831
  5. Romans et contes philosophiques ,1831
  6. Le Colonel Chabert , 1832
  7. Contes drolatiques ,1832
  8. Le Médecin de campagne ,1833
  9. Scènes de la vie parisienne , 1834
  10. Le  Père Goriot , 1834
  11. La Recherche de ľ Absolu ,1834
  12. La Femme de trents ans ,1834
  13. La Cabinet des Antiques ,1836
  14. Ľ Interdiction ,1836
  15. La Vieille Fille ,1837
  16. Illusion perdues ,1837
  17. César Birotteau ,1837
  18. La Maison Nucigen ,1838
  19. Mémories de deux jeunes mariées ,1841
  20. Albert Savarus ,1842
  21. Un début dans la vie ,1842
  22. La Muse du  départament ,1843
  23. Splendeurs et misères des courtisanes ,1843
  24. Ľ Envers de ľ histoire contemporaine ,1843
  25. Modeste Mignon, 1844
  26. Les Paysans, 1844
  27. Petites misères de la vie conjungale ,1844
  28. La Cousine Bette ,1846
  29. Le Cousin Pons, 1847

Bibliographie : Histoire de la Litterature Française ,Coordonator :Prof.univ. dr. Angela Ion, Editura Didactica si Pedagogica, Bucuresti

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

La Peau de chagrin

Honoré de Balzac

La Peau de chagrin

Le lancement de La peau de chagrin, début août 1831, fut savamment orchestré par les éditeurs et l’auteur.

Le roman a un côté autobiographique, Balzac s’étant incarné dans Raphaël. On remarque : le style comique, dans des tentatives d’imitation de Rabelais, sous le patronage de qui Balzac se place ouvertement dans le tableau de l’orgie, l’alternance entre le récit descriptif et le récit dialogué, l’art de l’énumération, la mise en valeur du détail significatif,  l’utilisation du portrait comme ressort de l’action, l’art de la dramatisation par l’alternance d’amplification et de concision, la caractérisation des personnages par leur langage, la grande force poétique du mythe où apparaît le Balzac visionnaire. Balzac voulut peindre «le fantastique de son époque» dans des tableaux d’une authentique véracité : la ville ,la campagne, la société, où apparaissent deux microcosmes opposés en apparence.

Les personnages principaux sont : les deux femmes, qui n’en sont qu’une dans les rêveries de Raphaël, et Raphaël. Les personnages secondaires sont : l’antiquaire qui, par son savoir, possède le monde indirectement, les savants, possesseurs d’une sagesse ou d’une science insuffisantes face à la peau de chagrin, les amis de Raphaël : Émile, son confident ; Rastignac, son initiateur ; Prosper (le futur Bianchon), son médecin , ses ennemis, le père de Raphaël et ses substituts, l’intendant Jonathas et le professeur Porriquet. Raphaël est d’abord un jeune homme anonyme, non sans jeux de mots sur un nom que le lecteur ne connaît pas encore : c’est la figure assez traditionnelle du «jeune désespéré». Il est doté ensuite, de manière plus habituelle au réalisme balzacien, d’une histoire précise et détaillée. Il y a dans son récit d’importants éléments autobiographiques : la jeunesse, les rêves d’avenir, la vocation littéraire, et on peut le comparer à d’autres jeunes héros balzaciens.

La peau de chagrin est, par sa forme, une oeuvre fantastique, par son fond, une étude de moeurs, par sa destination, une oeuvre Balzac a choisi la forme symbolique pour exprimer un thème auquel sa pensée a toujours été fidèle : la vie est un capital qu’on détruit d’autant plus vite qu’on est avide de jouissances.

Bibliographie : Fofiu Rodica Maria , Littèrature française –le XIX –éme siècle :anthologie , Editura Universitatii ,, Lucian Blaga ‘’ din Sibiu 2002

Fofiu Rodica Maria ,La littérature française au XIX siécle ,Editura Alma Mater, Sibiu, 2004

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire